I.Le Marché mondial de la drogue repose sur une économie souterraine

I. C. Les Narco États

 

 

  Un pays est considéré comme un « narco État », dès le moment où il se sert de l’argent de la drogue ainsi que des trafics de stupéfiants, pour se développer sur le plan économique. Ce terme a été employé pour la première fois dans les années 90 par l’Observatoire Géopolitique des Drogues (OGD), afin de dénoncer des pays tels que le Pérou, la Guinée-Bissau, ou bien d’autres encore.

Certains pays de l’Amérique latine sont, comme l’indique le rapport de l’OGD en 1993, désignés comme des Narco-États. Dans ces nations, telles que le Pérou, la Bolivie ou la Colombie, les trafiquants de drogues sont extrêmement protégés, et les paysans délaissent les matières premières, dont le prix a fortement baissé, pour se concentrer sur la culture de feuille de coca qui rapporte plus d’argent. En effet, la vente de coca serait environ cinq fois supérieure à celle de matières premières. On observe aussi d’importants déplacements de population en relation avec la culture de drogues, dans tout le territoire d’Amérique Latine. Le Chapare, province de Bolivie, a vu le nombre de ses habitants passer de 24 000 à 220 000 entre 1976 et 1994, soit une augmentation de 196 000 habitants en seulement 18 ans. Mais la dépendance des Narco-États se fait aussi sentir vis à vis de l’emploi : on dénombre environ deux millions de personnes ayant un lien plus ou moins direct avec l’économie en Bolivie, en Colombie et au Pérou. Et c’est dans ce dernier pays que la population est la plus impliquée : selon l’OGD, la moitié de ces deux millions y serait mêlée. On estime que 10% de la population bolivienne se sert des activités de drogues pour vivre, et le trafic de drogue prend place dans le PIB : en ce qui concerne celui de la Bolivie, on constate que 20% des richesses créées par la nation sont liés aux stupéfiants, tandis que la part des produits illicites dans le PIB est de 3% pour la Colombie et le Pérou. De plus, dans le monde, on estime que 4% de la narco-économie provient de l’Amérique Latine.

Et si ces trois pays sont les principaux Narco-États de l’Amérique Latine, la Guinée-Bissau, la Guinée-Conakry, et l’Afrique de l’Ouest font partie des premiers États basés sur l’économie de la drogue sur ce continent. On remarque aussi une grande influence provenant des militaires dans ces pays.

 

presidentguineebissau-carte-1.jpg


 

En effet, le président de la Guinée-Bissau, Joao Bernardo Vieira a été exécuté le 2 mars 2011 par les soldats du pays, et de nombreuses menaces émanent toujours de ces derniers. Certains pêcheurs, ayant récupérés bon nombre de paquets de cocaïne dans leurs filets, ont été mis sous silence par des militaires. De plus, la situation géographique de la Guinée-Bissau est favorable aux trafiquants : grâce à l’archipel proche de cette petite nation qui comporte une centaine d’îles, et dont quelques unes sont désertes, le  narcotrafic peut se faire discrètement. Des témoignages racontent que certains avions, en provenance d’Amérique Latine, déposent des cartons de drogues sur les plages. Dans la nuit, des bateaux appartenant à la marine du pays prennent ces mêmes paquets. Un journaliste, Allen Yéro Embalo, a publié les faits et a été menacé par les traficants de la ville ou il se trouvait. Selon lui, ils peuvent se promener dans la ville sans être arrêtés par les autorités locales, car ils ont des relations au sein même de l’État.

De plus, en 2006, les policiers avaient saisis près de 674 kilos de cocaïne, mais la confiscation a disparu quelques jours plus tard, et les colombiens qui en étaient à l’origine ont été libérés, sans aucune information concernant leur avenir. De plus, selon l’ex-premier ministre Martinho Dafa Kabi, la consommation de cocaïne n’est un problème que pour les Occidentaux : pour lui, aucune personne habitant en Guinée-Bissau ne produit ou ne consomme de drogues. Et les autorités, peu motivées par la lutte contre les drogues, appuient ces dires. Néanmoins, la Guinée-Bissau n’est pas la seule touchée par ces problèmes : le 1er mars 2011, Ousmane Conté, fils du défunt président de Guinée-Conakry, a avoué être engagé dans les affaires de drogues de sa nation. Il n’est pas le seul à être suspecté par les autorités : de nombreux membres de sa famille le sont, mais il n’existe pas de preuves concrètes afin de justifier ces charges ; quant au pouvoir militaire du pays, il est lui aussi accusé d’avoir un lien plus ou moins direct avec des narcotrafiquants.

 

ousmaneconte-2.jpg

Depuis plusieurs mois, des saisies importantes se font dans toute l’Afrique de l’Ouest, et de nombreux pays sont touchés, tels que la Mauritanie, le Nigeria, le Mali ou le Togo. En effet, le continent crée de nouvelles routes de trafics, ayant des liens avec l’Europe. L'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime, estime qu’environ cinquante tonnes de cocaïne sont passées par l’Afrique en 2011, afin de rejoindre le Vieux Continent. De plus, au Bénin, les hommes d’affaire qui ont réussi à s’enrichir grâce au narcotrafic, obtiennent des immunités ou certains privilèges grâce à leur commerce. Selon Marcus Boni Teiga, directeur du journal hebdomadaire Le Bénin Aujourd’hui, ils aident les hommes politiques à financer leur campagne, et profitent de leur influence, afin d'entrer à l’Assemblée Nationale. On remarque aussi que de nombreux adolescents ou jeunes adultes de toute l’Afrique, considèrent le marché de la drogue comme normal. Et beaucoup de nigérians sont de près ou de loin impliqués dans ce marché. Ce dernier ne connait donc pas la crise qui secoue actuellement le monde, car toujours en développement.

 

La narco économie est omniprésente dans les divers États du monde. Elle prend une place importante dans la vie des habitants, dans celles des nombreux militaires liés aux stupéfiants, ainsi que dans la politique : elle agit donc sur la vie de tous les jours. Son influence est considérable autant dans une nation précise, que sur le planisphère : l’économie de la drogue provoque de nombreuses conséquences dans chaque pays, et il est nécessaire de les prendre en compte.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site